Why Insurtech Capital? by Minh Tran

After specialising in InsurTech for the last few years, Minh Tran, Partner, Seed Factory Venture Partners, opens up about why, how and what is his VC fund is all about in this exclusive interview from InsurTech Rising in London. Find out more about InsurTech Rising at https://goo.gl/7pgUWf and join in the conversation with #InsurTechRising.

Lancement d'Insurtech Capital : "Convaincre les assureurs de se tourner vers l'Insurtech" by Minh Tran

fullsizeoutput_1430.jpeg

Ex-General Partner chez AXA Strategic Ventures, Minh Q. Tran s'est lancé dans la création d'une société de capital-risque, Insurtech Capital, avec pour objectif de mettre en lien les (ré)assureurs avec des startups dans le cadre d'objectifs stratégiques et financiers. Nous avons profité de sa présence en tant que speaker à l'Insurtech Summit pour revenir avec lui sur ce projet et sa vision de l'insurtech. 

Pouvez-vous nous parler des raisons qui vous ont amené à créer Insurtech Capital ? 

Je crois beaucoup aux technologies de rupture et en particulier en l'insurtech. C'est un domaine que j'apprécie car j'y effectue des recherches de tendances. Quand je vois que des tendances fusionnent, je sais que j'ai détecté quelque chose qui va impacter le domaine de l'assurance.

Actuellement les recherches démontrent que les principaux acteurs de l'assurance étaient sur leurs réserves de peur d'être "uberisé" par un acteur externe, mais tous comprennent aujourd'hui le besoin pour leurs entreprises de se tourner vers l'innovation. Ainsi a émergé un univers de partenariat entre les assureurs et les startups. L'intégration de l'innovation t donc de nouveaux outils technologiques devrait  l'avenir davantage s'orienter vers le développement de mécanisme de prévention. Ce qui m'intéresse à partir de là c'est de convaincre les assureurs de s'impliquer dans le développement de l'insurtech.  Dans ce contexte, ce qui est important pour moi c'est de monter aux assureurs comment s'impliquer de manière efficace dans le développement de l'insurtech.

C'est dans cette idée que j'ai créé Insurtech Capital car un venture capital est la meilleure manière d'apporter quelque chose et parce que selon moi, @AXAVentures ne couvrait pas l'ensemble de l'industrie puisque cela répondait aux problématiques d'un assureur, d'où le fait d'avoir saisi cette opportunité. Insurtech Capital est donc le fond dédié aux assureurs et réassureurs souhaitant améliorer leurs processus internes et intégrer davantage les technologies innovantes.

 

Les assureurs sont-ils difficiles à convaincre ? 

J'essaie en tout cas de leur démonter l'importance d'investir dans ce domaine, car cette transformation est nécessaire voire inévitable. Beaucoup d'entreprises se sont vus distancer par manque d'anticipation, comme Blackberry ou Kodak, ce qui montre l'importance d'être agile.  

 

Quel est l'ampleur des pépinières de startups prêtes à se développer dans l'insurtech ? 

Ces startups sont très nombreuses. J'ai lancé le projet AXA Seed Factory en 2012 et j'ai depuis échangé avec plus de 3000 sociétés dans l’insurtech. J'ai également développé une technologie permettant de lister ces startups, un robot d'indexation basé sur un modèle de big data permettant de trouver la startup adéquate au projet.  

La stratégie actuelle d'Insurtech Capital est de dénicher des startups insurtech non seulement via des conférences, mais aussi via la technologie car une seule personne physique ne peut pas couvrir le monde entier et toutes les conférences. Un système  robotisé le peut, en vous enrichissant continuellement de données du monde entier.

 

Comparé à la fintech, comment analysez-vous Les tendances de développement de l'insuretch ? 

En comparaison à l'année zéro, les développements de l'insurtech sont similaires mais plus rapides. L'insurtech est un domaine, certes, qui attire beaucoup les startups, mais pour quatre raisons établies : un marché à taille gigantesque, très régulé, purement drivé par la technologie et en retard sur sa digitalisation par rapport aux autres industries. On remarque également que beaucoup de fintechs se lancent dans l'insurtech. Les deux domaines sont liés mais se démarquent également par des thématiques singulières. Par exemple, la fintech n'investit pas dans la santé ou le dommage au contraire de l'insurtech.

 

Y'a-t-il des mécanismes de prévention qui se démarquent ? 

La prévention est pour l'instant orientée vers la santé et les dédommagements mais c'est un domaine en phase de développement puisque les assureurs cherchent à changer leur image pour ne plus être une société de dédommagement, mais une société proactive envers le client.

 

Ne craignez-vous pas que les insurtechs, par l'incorporation de technologies, ne déshumanisent le secteur de l'assurance ? 

Les technologies ne vont pas remplacer l'apport humain mais l'aider. Les particuliers sont des personnes de plus en plus connectés, avec un accès rapide à l'information digitale. Dès lors, les assureurs se doivent de répondre à ce nouveau comportement par l'incorporation de nouvelles technologies permettant de mieux informer pour mieux prévenir.

 

 

Benjamin Garnier

AXA Seed Factory : un fonds d'amorçage dédié aux jeunes entreprises innovantes by Minh Tran

En juin 2013, AXA France annonçait la création d'un fonds d'amorçage avec un capital initial de dix millions d'euros, spécialisé dans le digital et les services qui impacteront demain les métiers de l'assurance et de la banque. Dix-huit mois plus tard, l'AXA Seed Factory réalise son quatrième financement dans le domaine du « SoLoMo » (Social, Local, Mobile). Tour d'horizon de son portefeuille.

In an interview with Minh Q. Tran, Managing Partner of the AXA Seed Factory, he says that the objective of the AXA Seed Factory is to provide a link between funding startup companies and AXA's specialty in insurance and other areas that require risk assessment such as health, road safety, climate change, financial education, and charity partnerships.